Affaires étrangères et Commerce international Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Information culturelle - Arabie Saoudite

Info-pays

Une compilation de liens donnant accès aux meilleurs sites web sur presque tous les pays du monde.

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question :

Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder?

Point de vue local :

Le travail et la famille sont deux sujets recommandés pour entamer une première conversation avec des Saoudiens. Ceux-ci sont en général aimables et sociables. Ils ont bien voyagé et la majorité de ceux qui détiennent des postes professionnels ou de fonctionnaires ont été éduqués à l'étranger. Vous pouvez parler de vos origines, de l'endroit où vous avez fait vos études et des pays visités, cela ne manquera pas de laisser une impression favorable.

Toutefois, des questions sur la culture et la religion comme, " pourquoi les hommes épousent-ils plus d'une femme? " devraient être évitées. Le fait de parler d'alcool et de femmes au volant peut être insultant. L'Arabie Saoudite est un état islamique et la majorité de ses citoyens sont pieux et conservateurs. Ils suivent scrupuleusement les préceptes religieux islamiques dans leur vie quotidienne. On peut difficilement distinguer entre tradition et religion, toutes deux au-dessus de toute remise en question. Les Saoudiens ont un sens raisonnable de l'humour, ils plaisantent tant que cela n'enfreigne pas de tabou religieux ou de valeur sociale.

Point de vue canadien :

La famille constitue toujours un bon sujet de conversation, il est généralement sûr; les Saoudiens aiment les enfants et sont très proches de leur famille. Il leur paraîtrait quelque peu étonnant que vous soyez célibataire et que vous n'avez pas d'enfant, étant donné qu'ils se marient assez tôt, surtout les femmes. Si ce sujet vous met mal à l'aise, donnez brièvement la raison de votre célibat et montrez de l'intérêt pour leur famille. Il n'est pas nécessaire de donner de longues explications sur le mode de vie canadien, à moins d'être avec des amis. Le travail est également un excellent sujet de conversation, celle-ci vous renseignera sur la structure du milieu de travail, les types d'emplois qui semblent communs, ou le niveau d'expertise de vos nouveaux collègues. Si vous êtes une femme de carrière dans un domaine généralement dominé par les hommes, attendez-vous à ce que les gens en soient surpris et incrédules; il est plus que probable que les Saoudiens qui ont une carrière aient étudié à l'étranger et aient vu des femmes travailler en milieu " masculin ", toutefois, dans leur pays, une femme de carrière aura moins de chances de rencontrer d'autres femmes dans des professions dominées par les hommes (par exemple, le génie, les affaires ou la politique).

Il y a plusieurs sujets à éviter lors d'une conversation polie, il faut faire preuve de prudence ou même les éviter lorsque vous vous trouvez avec des amis. Le conflit israélo-arabe est trop compliqué et trop sensible pour en discuter, et, à moins que cela ne fasse partie de votre mission dans ce pays, il est probablement plus prudent de ne soulever aucune discussion sur l'Iraq ou l'Afghanistan, sur le terrorisme et sur la réaction américaine. Il ne faut jamais oublier que la religion constitue un sujet très sensible et qu'il faut éviter tout débat sur ce sujet. Si vous voulez mieux vous renseigner sur l'islam, la majorité des gens seront heureux de vous en parler, mais ils n'apprécieraient de critique ou de comparaison de votre part. Si vous êtes athée, surtout NE le dites PAS.  En général, les Musulmans sont supposés respecter les religions judéo-chrétiennes, mais l'athéisme n'est ni compris, ni toléré. Ne pas croire en Dieu est tout à fait inacceptable et vous perdrez le respect les Saoudiens.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Styles de communication

Question :

Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales?

Point de vue local :

La société saoudienne est en général ségréguée. Vous pouvez cependant voir des femmes travailler et/ou qui font affaire avec des hommes dans certains lieux de travail comme les hôpitaux, les sociétés industrielles et les médias ainsi que dans certaines institutions commerciales. Il faut tout le temps garder une distance avec les collègues féminines. La majorité des professionnelles saoudiennes sont vêtues de façon conservatrice, c'est-à-dire une tenue islamique (le hidjab) qui est constitué de vêtements amples non révélateurs et un port de tête. Certaines se voilent entièrement de noir en portant le "  niqab " qui couvre le visage et le corps de la tête aux pieds, ne laissant paraître que les yeux. Il est impératif d'éviter de serrer la main à ces travailleuses. En revanche, la communication avec des collègues masculins est différente à cet égard. Les hommes portent généralement une robe ample et blanche, le " tobe " national qui est fabriqué d'un tissu léger en été, parfois révélateur, mais tout à fait acceptable! En général, l'espace n'est pas important entre deux hommes qui se parlent (c'est-à-dire, quand on parle à une personne de même sexe). La coutume veut que les hommes se serrent la main pour se saluer et/ou se donnent l'embrassade sur les deux joues. Embrasser l'épaule d'un supérieur est également coutumier chez ceux qui viennent de la région centrale du pays. En général, les Saoudiens ne se sentent pas mal à l'aise lorsqu'ils se touchent entre eux en parlant. Il n'est pas exceptionnel de voir deux amis hommes se tenir par la main en marchant. Cela s'applique également aux femmes, bien que ce soit un peu plus prononcé dans leur cas.

Les Saoudiens gesticulent beaucoup, surtout pour insister sur quelque chose.
Certains gestes sont impolis (le majeur tourné vers le bas ou le haut, le poing fermé vers le haut), et leur utilisation dénote une classe sociale et morale inférieure.
Le langage corporel fait partie de la culture et l'on voit souvent des gens hocher la tête, de bas en haut, pour dire " oui " ou pour approuver; la hocher d'un côté à l'autre signifie habituellement " non ". On utilise le contact visuel lors de la conversation. La nature de la personne détermine la durée du contact visuel avec cette personne.

Point de vue canadien :

Les Saoudiens ont le contact personnel discret, il faut donc en tenir compte en gardant une distance d'un bras étendu avec votre interlocuteur, particulièrement s'il est du sexe oppose. Évitez de toucher à l'autre personne à moins d'y être convié ; par exemple, il est très normal pour deux personnes du même sexe de marcher, ou de s'asseoir la main dans la main.  Si quelqu'un du même sexe vous prend la main, il faut considérer ce geste comme celui d'amitié et de respect. Lorsque vous serrez la main à une autre personne, ne lui tendez pas la main si elle appartient au sexe opposé à moins d'y être invité. Cela se fait souvent dans les familles plus libérales. Si une personne du sexe opposé fait, par exemple, le geste de vous tenir la main, assurez-vous de l'éviter poliment. Le contact physique avec des personnes du sexe opposé est interdit et peut vous causer des ennuis. En se saluant, les Saoudiens s'embrassent sur les joues trois fois, d'habitude droite-gauche-gauche.  C'est là encore un signe de respect, de chaleur et de confiance, donc, s'ils le font avec vous, vous vous devez de l'accepter et d'apprécier le geste (assurez-vous seulement qu'ils fassent le premier pas !). Normalement, ils serrent la main d'un étranger qu'ils viennent de rencontrer, mais préparez-vous à toute éventualité. Ici encore, les échanges de baisers entre personnes de sexe opposé doivent être évités.

Il peut vous arriver de voir des femmes marcher derrière les hommes, la ségrégation des sexes est commune durant les repas et lors d'activités sociales. Il est préférable de suivre autant que possible cette ségrégation des sexes, surtout si vous êtes invité dans un foyer saoudien (si vous êtes une femme, vous ne devriez en revanche jamais vous sentir obligée de marcher derrière votre mari). Évitez le contact visuel prolongé, cela pourrait être pris pour une invitation. Ne faites pas l'erreur d'assumer que les Saoudiennes sont soumises; en Arabie Saoudite les femmes s'imposent très bien, ainsi, si vous êtes une femme, n'ayez pas peur d'être agressive pour obtenir ce que vous voulez.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question :

Les démonstrations d'affection, de colère ou d'autres émotions sont-elles acceptables en public?

Point de vue local :

Bien que très affectueux, les Saoudiens sont réservés et n'expriment pas d'émotions en public. Un certain degré de dualisme s'applique à ce qui constitue l'image sociale. Un homme peut être stigmatisé par d'autres personnes si celles-ci le voient tenant sa femme par la main ou l'embrassant en public.
Au travail, les supérieurs se fâchent à l'occasion entre eux et avec leurs subalternes, mais tout le monde garde son calme. Les énervements et le ton dramatique sont typiques de la culture saoudienne et n'indiquent pas nécessairement un comportement émotionnel particulier.

Point de vue canadien :

Les démonstrations d'affection ne sont pas permises; en public vous devez être discret et tâcher d'éviter d'attirer l'attention. Les éclats de colère devraient également être discrets, mais pas nécessairement parce que la colère en elle-même est inacceptable en société.  Si en tant qu'étranger, on estime que vous harcelez un ou une Saoudien/ne, quelles que puissent être les raisons de votre colère vous pouvez vous attirer des ennuis juridiques (c'est là un cas extrême, cependant pour votre propre sécurité, il ne faut pas oublier que lors d'une altercation, le Saoudien a toujours gain de cause). En général, les démonstrations publiques d'émotions ne sont pas si communes que cela.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question :

Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.)?

Point de vue local :

En Arabie Saoudite, les hommes portent généralement leur habit national " le tobe " et le foulard de tête " ghoutrah " et l'anneau serre-tête noir, le " egaal ". Le ghoutrah blanc se porte normalement avec un tobe blanc en été, alors qu'un " shimagh " rouge s'accorde avec un tobe plus foncé l'hiver. Aux occasions officielles, on porte la " abaya " : une sorte de manteau qui se porte sur le tobe. Les tenues occidentales sont de plus en plus prisées au travail pour les Saoudiens qui oeuvrent au sein du secteur privé et dans certaines entreprises étrangères. Les étrangers ne sont pas obligés de s'habiller comme les Saoudiens, en revanche, on s'attend à ce qu'ils s'habillent de façon conservatrice au travail, des manches et des jupes longues pour les femmes, tant au travail qu'en public. Bien qu'il fasse très chaud l'été, les pantalons courts ne sont pas acceptés, que ce soit pour les femmes ou pour les hommes.

Entre collègues, les gens s'appellent souvent par leur prénom. Mais la coutume veut qu'on s'adresse à un superviseur en utilisant le titre " Abou ... " qui signifie " père de... " suivi du nom du fils aîné (p. ex. Abu Khalid, Abu Hashim, Abu Mazen etc..). Cela dénote une relation plus familière et respectueuse.
Les hommes et les femmes qui détiennent un doctorat s'attendent à ce qu'on les appelle " Dr " suivi du prénom et/ou du nom.

La majorité des institutions gouvernementales sont ouvertes de 8h à 14h. Les heures de fonctionnement du secteur privé varie en fonction de l'activité de l'entreprise. On y travaille en général de 8h à 16h, ou de 8h à 17h avec une heure de pause pour le déjeuner. Certaines institutions, comme les banques, ont de plus longues périodes de pause, ce qui coupe la journée en matinée et soirée. La ponctualité est appréciée des patrons, mais cinq minutes de retard ne sont pas considérées comme un retard. Un employé peut s'absenter du travail pour des raisons familiales urgentes. Au mois de Ramadan, le mois du jeûne pour les Musulmans, les heures de travail sont réduites d'au moins deux heures par jour. Il faut s'attendre à des problèmes de ponctualité et d'efficacité durant ce mois.

Les délais sont fixés raisonnablement pour qu'ils puissent être respectés. Il est commun de voir des employés supérieurs effectuer des heures supplémentaires pour satisfaire aux délais. La plupart des bureaux du secteur privé sont gérés selon les normes occidentales les plus exigeantes. Cela s'applique surtout aux entreprises industrielles et pétrolières ainsi qu'aux hôpitaux et aux banques.

Point de vue canadien :

Homme ou femme, habillez-vous toujours de façon conservatrice; chemises à manches longues, pantalons longs pour les hommes et jupes longues pour les femmes. Les femmes devraient éviter de porter des pantalons, à moins que ne l'exige le milieu de travail. Au travail, les femmes peuvent également être obligées de porter un foulard sur la tête. C'est la loi saoudienne qui stipule qu'en public, les femmes doivent porter une longue cape appelée abayya par dessus des vêtements conservateurs, ainsi qu'un foulard qui leur recouvre les cheveux. 

Généralement, la majorité des professionnels saoudiens ont été éduqués à l'occidentale et connaissent l'étiquette professionnelle occidentale. Cependant, par prudence, utilisez le nom de famille lorsque vous vous adressez aux collègues, à moins qu'on ne vous en exempte.
Il y a un mot en arabe, inshallah, qui veut dire " si Dieu le veut " et vous l'entendrez sans aucun doute très souvent lorsque vous voudrez vous renseigner sur des délais ou sur la ponctualité. Il y a moins d'urgence lorsqu'il s'agit de dates limites ou lorsqu'on attend l'arrivée de quelqu'un. Si vous exigez l'exécution d'un travail dans un certain délai, vous vous entendrez très probablement répondre " inshallah ".

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question :

Quelles sont les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local? Comment saurais-je de quelle façon mon personnel me perçoit?

Point de vue local :

L'éducation constitue l'un des avantages clés d'un supérieur local, avantage que valorisent aussi bien les employés que les employeurs. D'autres facteurs comme l'expérience acquise par la pratique et l'attitude positive suivent de près dans l'ordre de préférence. La majorité des employés apprécient les qualités de leader chez leur superviseur étant donné que cela les aidera à atteindre leurs objectifs. Le fait d'être aimable et ouvert aux nouvelles idées consolide la relation entre le  superviseur et le subalterne, et contribue à améliorer le rendement de l'employé.

Les mêmes critères s'appliquent au superviseur/directeur étranger. Bien qu'on s'attende à une plus grande ouverture aux nouvelles idées de la part d'un patron étranger. La motivation, la productivité et l'attitude aimable sont des indices qui permettent à un directeur de jauger leur attitude envers lui. L'interaction entre employés constitue un autre indice.

Point de vue canadien :

Votre éducation et votre expérience constituent vos actifs les plus importants vu que les entreprises saoudiennes n'engagent des étrangers que quand elles ne peuvent pas trouver de Saoudiens qui aient les compétences nécessaires. Vos aptitudes interpersonnelles et au leadership constituent également un avantage important, étant donné que les Saoudiens voudront apprendre vos façons de faire.  Dans ce cas, vous pourriez avoir été engagé pour apporter des changements et implanter de nouvelles aptitudes dans l'entreprise. Si le superviseur est également étranger, il est possible alors que le personnel soit habitué au style de gestion occidental, vous pourriez ainsi travailler comme vous l'auriez fait en Occident. Vos employés pourraient ne pas vous consulter directement lorsqu'ils ont un problème; assurez-vous d'établir des canaux pour qu'ils puissent contacter en privé un médiateur qui pourra vous relayer les problèmes.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question :

Au travail, comment sont prises les décisions et qui les prend? Est-il convenable d’aller consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction?

Point de vue local :

En général, le superviseur immédiat d'une unité ou d'une division peut proposer des modifications, mais les décisions ne sont prises qu'après consultation des échelons les plus élevés de la hiérarchie. Il est courant pour un chef d'unité de réunir son personnel pour se livrer à des remue-méninges et trouver de nouvelles idées. La mise en oeuvre cependant de telles idées doit être approuvée par un supérieur de plus haut rang que le chef d'unité et qui, à son tour, consulte son propre patron. Bien que la plupart des superviseurs délèguent des responsabilités à leur personnel, on peut consulter ces superviseurs pour obtenir des réponses ou des commentaires.

Point de vue canadien :

La majorité des entreprises saoudiennes sont organisées de façon presque identique aux entreprises occidentales en termes de gestion, toutefois, les gens sont plus déférents à l'endroit de leurs supérieurs. Il existe des répartitions semblables de l'autorité, et on trouve des Occidentaux dans les postes les plus élevés, mais la majorité des cadres sont Saoudiens. Les décisions peuvent se prendre unilatéralement par les échelons supérieurs, sans en expliquer la logique. Souvent les entreprises saoudiennes sont liées au gouvernement, les décisions peuvent donc se prendre à un niveau bien plus élevé que celui du superviseur. Celui-ci aura certainement l'habitude des employés occidentaux, il sera donc accoutumé à votre approche directe, mais vous pourriez ne pas obtenir les réponses dont vous avez besoin.  La société saoudienne est exempte de confrontation; vous risquez d'embarrasser votre employeur si vous êtes trop direct, et il se pourrait qu'ils ne soient pas personnellement en mesure de formuler de critique ou d'orientation. Ayez recours à un collègue qui commande le respect de votre employeur et demandez lui de parler de votre problème au patron. En proposant vos idées ou critiques, faites le délicatement; commencez toujours par un compliment et cheminez jusqu'à la critique.

Depuis longtemps, les Saoudiens ont à faire à des travailleurs occidentaux qui leur disent comment gérer l'entreprise. Ils ont bénéficié de l'expertise occidentale, mais ils ne dépendent plus de l'apport étranger.  L'assurance occidentale peut ne plus constituer la meilleure approche; si vous traitez votre employeur avec le respect auquel il s'attend de la part d'un Saoudien, vous pourriez le surprendre et obtenir son respect.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question :

Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Point de vue local :

Égalité des sexes :
La société établit une distinction claire entre le rôle des hommes et celui des femmes. Même si les femmes assument de plus en plus de responsabilités professionnelles, certains emplois demeurent la chasse gardée des hommes, notamment la politique, les postes de ministres, la diplomatie et les postes de haute direction ainsi que le travail de terrain qui exige d'être en contact avec des hommes comme dans le secteur des services : les serveuses ou les hôtesses de l'air. Durant les dernières décennies, les femmes ont bénéficié des mêmes possibilités de travail que les hommes, particulièrement dans les secteurs de l'éducation et des soins de santé. La presque totalité des établissements d'enseignement sont ségrégués, de l'élémentaire à l'université. Il est intéressant de constater que les hommes et les femmes qui travaillent dans la même profession le font sur un pied d'égalité au plan de la rémunération. Selon le droit islamique, la " charia ", les femmes peuvent de plein droit gérer leur patrimoine financier. Les hommes sont obligés de subvenir aux besoins de leur famille quelle que soit la situation financière de l'épouse. C'est la raison pour laquelle la majorité des sociétés réservent leur programme d'accession à la propriété aux seuls employés masculins.

Religion :
L'islam est la religion d'État de l'Arabie Saoudite et la loi islamique de la " charia " régit tous les aspects de la vie, notamment la législation civile. Au cours des trois dernières décennies, le pays a vécu une évolution des infrastructures ainsi que des modes de vie. La modernisation reste, toutefois, conforme aux préceptes de la " charia ", parce qu'il est dit qu'elle convient à toutes les époques et à tous les lieux. Les Saoudiens pratiquent leurs rites religieux de façon quotidienne. La presque totalité des entreprises réservent une pièce dans laquelle les employés peuvent prier. Les prières du midi " dohr " et de l'après-midi " aasr " ont lieu durant les heures de travail. La majorité des employés peuvent faire des pauses, de 10 à 15 minutes, pour prier. Il est courant de voir un superviseur et ses employés aller prier dans une mosquée publique proche du lieu de travail.

Distinction de classes :
La plupart des Saoudiens appartiennent aux classes moyenne et supérieure. Les gens qui appartiennent à la haute société assument des rôles sociaux plus influents. La distinction entre les différentes classes se fait discrètement sentir. Il est possible d'avoir des relations avec un membre de la haute société. Cela peut avoir ses inconvénients aux yeux des collègues qui ne jouissent pas de pareilles relations.

Ethnicité :
La société saoudienne est diversifiée. Les habitants de la province occidentale sont généralement des descendants d'autres ethnies comme les Turques, les Indonésiens, les Indiens, les Yéménites et autres. Ceux du sud appartiennent aux grandes tribus arabes de la Péninsule arabique. La province centrale est peuplée des bédouins. La province orientale est reconnue pour ses habitants du " secteur Shaits ". Il existait par le passé une discrimination en fonction des noms de famille et des appartenances ethnico-religieuses qui affectait les possibilités de carrière. En vertu du pluralisme adopté récemment en Arabie Saoudite cette discrimination a nettement diminué.

Point de vue canadien :

Égalité des sexes
L'inégalité entre les sexes en Arabie Saoudite est très prononcée et vous pourrez vous en apercevoir lorsque vous y serez. Vous travaillerez probablement avec peu de femmes, sinon même aucune. S'il y a des femmes au bureau, celui-ci pourrait être divisé entre hommes et femmes, mais ce n'est pas toujours le cas dans toutes les entreprises. Si elles travaillent avec des hommes, les femmes doivent porter un foulard sur la tête et des vêtements conservateurs. Les doctoresses traiteront uniquement des femmes et les médecins des hommes. Les épouses d'occidentaux travaillant en Arabie Saoudite pourraient trouver les choses difficiles, surtout que les femmes ne peuvent pas conduire et que les occasions de travail sont rares. 

Religion
L'Arabie Saoudite n'autorise ni les églises, ni aucun autre lieu de prière. De nombreux étrangers vont se réunir dans une maison pour le service religieux, et bien que techniquement interdit, on le tolère.  Vous serez obligé de déclarer votre religion sur votre carte d'entrée au pays. En tant que " gens du Livre " les chrétiens sont respectés, en revanche les hindous et les bouddhistes ne le sont pas. À ma connaissance, les Juifs ne peuvent pas entrer en Arabie Saoudite, toutefois des exceptions peuvent être faites. Il est préférable d'éviter de parler de religion étant donné que toute critique de l'islam est très mal interprétée. Il ne faut jamais admettre qu'on est athée.

Distinction de classes
La majorité des Saoudiens appartiennent à la classe moyenne, par conséquent la société saoudienne ne fait pas de distinction de classes. Toutefois, on n'aime pas beaucoup les élites saoudiennes, plus particulièrement la famille royale. La stratification de la société saoudienne n'apparaît pas dans l'entreprise saoudienne, surtout si vous appartenez aux échelons supérieurs, étant donné que ces échelons sont majoritairement occupés par des princes saoudiens.

Ethnicité
Il existe un certain racisme en Arabie Saoudite, particulièrement envers les gens de couleur. Par exemple, un Pakistanais musulman sera moins considéré qu'un blanc chrétien. Parallèlement, un Canadien d'origine pakistanaise musulman sera mieux considéré qu'un Pakistanais qui vient directement du Pakistan, bien que le Canadien pakistanais puisse quand même faire l'objet d'intolérance. L'Arabie Saoudite n'est pas une démocratie et sa société n'est pas particulièrement tolérante; si toutefois vous êtes un travailleur étranger occupant un poste important, vous êtes un invité dans le pays et vous serez sans doute bien traité, aussi bien que si vous étiez invité dans leur maison, mais sans jamais être leur égal.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question :

À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne?

Point de vue local :

Il n'est pas très important d'établir une relation avec un collègue avant d'entreprendre les affaires. Il est, en revanche, important de l'établir avec le client compte tenu de la nature des affaires qui exigent qu'on vende des produits ou des idées. En général, on peut inviter un collègue ou un client au café ou au restaurant pour établir un premier contact social. Certains Saoudiens rendent les invitations à la maison de relations d'affaires. Les attitudes locales à cet égard varient énormément. Alors que certains sont plus ouverts aux rencontres sociales, d'autres sont réservés et pourraient refuser une invitation hors du travail. La première impression que vous laisse votre rencontre avec la personne peut être un bon indice de son ouverture d'esprit ou de sa réserve.

Point de vue canadien :

Il faudra vous livrer à quelques rites sociaux avant les affaires; vous boirez le thé et le café et demanderez mutuellement des nouvelles des familles. Vous pourriez bavarder une heure avant d'entamer les affaires, cela est tout de même très traditionnel et votre collègue saoudien pourrait être plus au courant du style des affaires occidental. Suivez l'exemple de votre collègue ou client.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question :

Un collègue ou un employé s’attendrait-il à avoir des privilèges spéciaux ou à recevoir une considération spéciale en raison de notre relation ou de notre amitié?

Point de vue local :

Oui, à cause de votre relation personnelle avec un collègue ou un employé, celui-ci s'attend à un traitement de faveur. Cela comprend l'embauche de parents ou amis et l'amélioration de son statut dans l'entreprise. Vous n'êtes pas obligé d'accorder de tels privilèges, surtout si vous pensez que votre entreprise en souffrira.
Voici un exemple classique à ce chapitre : on vous accorde, ainsi qu'à votre famille, une réduction ou un produit de plus haute gamme si vous êtes cadre dans une entreprise bonne cliente du vendeur du produit.

Point de vue canadien :

C'est possible; le népotisme et le favoritisme sont très répandus dans le système saoudien et vous le verrez de vous-même sans doute dans vos relations d'affaires.  Il n'est cependant pas nécessaire de contribuer à pareil état de choses si vous vous opposez réellement à un tel comportement. Ce ne sont pas tous les Saoudiens qui adoptent ce système d'embauche. En l'adoptant vous perpétuez la corruption du système. Si vous choisissez ce type de pratiques vous pourrez sans aucun doute réciproquement en bénéficier, mais vous pourriez perdre le respect de vos autres employés.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question :

J’ai un problème relié au travail avec un collègue. Est-ce que je dois le confronter directement, publiquement ou en privé?

Point de vue local :

Vous pouvez discuter directement de problèmes professionnels, mais il vaut mieux le faire en privé avec l'employé ou collègue en question. En général, les Saoudiens sont plutôt timides et n'aiment pas les disputes. Un collègue avec lequel vous éprouvez des difficultés, ou que vous avez offensé par vos actes, peut adopter une attitude distante ou tout faire pour vous éviter.

Point de vue canadien :

À ma connaissance, les Saoudiens sont fiers mais n'apprécient pas la confrontation. Il vaut mieux régler vos problèmes avec le collègue en privé à travers votre supérieur ou un autre collègue. Lorsque le problème a été négocié, vous pouvez alors aborder l'autre partie directement en signe d'offrande de paix. Demandez également conseil à votre supérieur.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question :

Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail?

Point de vue local :

Plusieurs facteurs affectent la motivation du collègue local. Les voici par ordre d'importance, selon mes expériences, en ordre d'importance (plus élevée à moins élevée) :

- Salaire      
- Satisfaction professionnelle   
- Prestige de l'emploi    
- Loyauté       
- Bonnes conditions de travail    
- Dévouement     
- Autoperfectionnement    
- Peur de l'échec

Point de vue canadien :

L'Arabie Saoudite est un État providence, l'argent ne fait donc pas partie des préoccupations de la plupart des Saoudiens. La plus importante motivation est celle de la possibilité d'un statut social élevé, s'accompagnant d'un revenu élevé. Donnez à vos collègues des tâches stimulantes, ils trouveront cela très stimulant, surtout qu'il n'y pas d'autre grand divertissement. Si le climatiseur tombe en panne, attendez-vous à voir disparaître tous vos employés.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question :

Pour m’aider à en apprendre davantage à propos de la culture, pouvez-vous recommander : des livres, des films, des émissions de télévision, de la nourriture et des sites Web?

Point de vue local :

Quelques recommandations de livres :

1- Human Rights in Islam and their Application in the Kingdom of Saudi Arabia-Dr. Suleiman Al-Hageel, ISBN, 9960- 9320- 5-2;

2-Voices of Change  (recueil d'oeuvres écrites de femmes saoudiennes);

3-The Unfurling, Nimah Nawwab (poésie);

4-The Unattainable Lotus, Badia Kashgari (poésie), ISBN,
 086 356 3627;

5-The Belt, Ahmed Abu Dahman (roman).
Journaux saoudiens en langue anglaise : Arab News et Saudi Gazette couvrent une gamme de sujets culturels.

Entre autres sites Web recommandés :
www.kacnd.org (le site du Centre de dialogue national du Roi Abdulaziz)
http://www.theunfurling.com/anthology _arabic.html

Pour enrichir vos connaissances culturelles, il faut visiter les sites historiques et naturels suivants :
- Ruines de Madayen Saleh , la région montagneuse d'Asir, les stations balnéaires de Taif (Al-Shafa et Al-Hada), les oasis d'Al-Hassa et de Qatif, les coraux de la Mer Rouge à Djedda, les ports industriels d'Al-Jubail et de Yanbou et le musée Abdul-Rahman Khalil à Djedda.

Point de vue canadien :

Le guide de voyage Lonely Planet offer un guide (plutôt mince) sur l'Arabie Saoudite, il pourrait vous être utile. Si vous voulez quelque chose de plus universitaire, vous pourriez lire " Oil Monarchies: Domestic and Security Challenges in the Arab Gulf States " (Les monarchies pétrolières : défis internes et sécurité dans les États du Golfe) par Gregory Gause. " Introduction to Islam " (Introduction à l'islam) par David Waines constitue un excellent survol de la naissance à la propagation de l'islam, il vous aidera à comprendre la culture religieuse.  " The Kingdom of Saudi Arabia " (Le Royaume d'Arabie Saoudite) publié par Transworld Arabian Library, un très beau livre en images qui devrait vous donner une bonne idée de l'histoire saoudienne et son développement, il se peut toutefois que vous ayez du mal à le trouver. Le problème que présentent tous ces ouvrages sur le Moyen-Orient et l'Arabie Saoudite est qu'en grande majorité, ils sont trop influencés par la tendance économique et politique américaine dans la région. Vous serez probablement dépassé par le nombre de livres écrits sur l'Arabie Saoudite, l'islam et le terrorisme; mais il faut garder à l'esprit lorsque vous lisez ces ouvrages qu'ils traitent de questions que vous n'aurez probablement jamais à vivre dans votre quotidien en Arabie Saoudite. Il existe également un certain nombre de mémoires très divertissants mais aussi très sensationnalistes. À sa parution, la série " Princess " de Jean Sasson a été très appréciée par les étrangers vivant en Arabie, elle est effectivement très divertissante, mais vraiment nulle. Si vous décidez de lire cette série, prenez les renseignements que vous y glanez avec un grain de sel. Vous pouvez aussi lire " Crossing Borders: An American Woman in the Middle East " (Traverser les frontières : Une Américaine au Moyen-Orient) par Judith Caesar, qui semble très intéressant.

En ce qui concerne les films, vous pouvez voir le classique " Laurence d'Arabie " ou le récent film de George Clooney " Syriana ". Aucun des deux n'est particulièrement instructif, mais ils sont divertissants et pourraient vous donner un avant-goût du pays. 
Vous pouvez lire deux quotidiens de langue anglaise saoudiens " The Arab News " et la " Saudi Gazette ", en ligne à :   http://www.arabnews.com/
ou   http://www.saudigazette.com.sa/sgazette/Data/2006/3/19/Section_0.xml .  Le monde arabe a été obsédé par Al Jazeera, et l'Arabie Saoudite ne fait pas exception. Les médias d'État sont censurés, donc si vous voulez une bonne couverture du Moyen-Orient d'un point de vue arabe, allez voir le site Internet en anglais de Al Jazeera à :    http://english.aljazeera.net/HomePage . 

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question :

Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer?

Point de vue local :

Il est bon de se brancher sur les chaînes en langue anglaise de la télévision et de la radio pour mieux se renseigner sur la culture saoudienne. Il faut également assister aux activités cultuelles et sociales offertes par les sections culturelles des ambassades parce qu'elles permettent d'y rencontrer des Saoudiens.
Pour encore mieux connaître la culture saoudienne, on peut se livrer au sport le plus prisé (le soccer), on peut fréquenter les cafés de la vieille ville de Djedda,  le vieux marché (souk) des villes. On peut également avoir recours aux éditorialistes et chroniqueurs du journal en langue anglaise ainsi qu'aux présidents et membres des clubs de lecture locaux en guise d'" interprètes culturels ". 

Point de vue canadien :

Malheureusement, il n'y a pas beaucoup de divertissements en Arabie Saoudite, pas de cinémas, de théâtres, de boîtes de nuit ou de bars (la consommation d'alcool étant interdite), et très peu de restaurants.  La majorité des gens se divertissent en organisant des soirées privées, il faut donc que vous vous fassiez des amis, vite. Si vous vivez dans une enceinte privée, il se peut que vous puissiez vous joindre aux activités qui s'y déroulent. Si vous vivez sur la Mer Rouge ou sur le golfe Persique vous avez de la chance; la plongée y est de classe mondiale et les plages sont superbes. Tant les Saoudiens que les étrangers fréquentent assidûment les nouveaux centres commerciaux ou les vieux marchés; le magasinage pourrait devenir une sorte de passe temps. Prenez garde au fait que les magasins de musique sont souvent réservés aux hommes, pour enrayer la mauvaise influence de la musique occidentale; la police religieuse empêche les femmes d'y pénétrer. Les boutiquiers n'aiment pas qu'on menace leurs clients, ils vont donc à l'occasion enfreindre les règles et vendre des articles aux femmes à la porte de la boutique.

D'habitude, la communauté étrangère déploie de grands efforts pour organiser une grande gamme d'activités, depuis les clubs de course à pied jusqu'aux troupes de théâtre; il est probable que vous y trouviez quelque chose qui vous intéresse. Vous passerez, sans doute, plus de temps en compagnie d'étrangers que de Saoudiens, bien que si possible, assurez-vous de faire connaissance avec vos collègues saoudiens étant donné qu'ils vous ouvriront les portes de la culture saoudienne. 

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Héros Nationaux

Question :

Qui sont les héros nationaux de ce pays?

Point de vue local :

Le Roi Abdelaziz Ibn Abdel Rahman Al Saoud (1901-1953) est le héros national le plus important. On le surnomme le Monarque fondateur de l'Arabie Saoudite. Il a réunifié le Royaume sous le régime du " Tawheed " (monothéisme). Cet homme était pieux, déterminé, courageux et leader. Sa vie, faite de combats et de victoires, est devenue une légende, et le Royaume a pris son nom.

Le Roi Faysal ibn Abdul Aziz Al-Saud (1964-1975) est également un héros national. C'était un homme de prudence et d'envergure politique. Il a joué un rôle de premier plan dans le développement des infrastructures sociales et éducationnelles du pays. Il a été le véritable défenseur de l'éducation. Son règne a fait l'objet pressions anti-islamiques de plus en plus fortes venant de l'extérieur du monde islamique. Pressions que le Roi Faysal a combattues en insistant plutôt sur l'unité islamique. La première Conférence au sommet islamique des temps modernes s'est tenue en 1969 au lendemain de la tentative israélienne de brûler la " Mosquée d'Al-Aqsa ". De ce sommet est née l'Organisation de la Conférence islamique qui compte actuellement 46 États membres et dont le siège est à Djedda.

Point de vue canadien :

En général, les personnalités religieuses sont révérées, particulièrement le Prophète Mohamed. Les portraits de la famille royale sont accrochés dans tous les édifices publics; il y toutefois un mécontentement important, bien que discret, à l'égard du gouvernement. On aime également les grandes vedettes du soccer, mais malheureusement je ne les connais pas.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question :

Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social?

Point de vue local :

L'Arabie Saoudite et le Canada entretiennent une grande coopération et se livrent à de nombreux échanges en éducation et commerce. L'année 1973 a vu naître " le Comité permanent mixte Canada-Arabie Saoudite de coopération technique et économique ". Il n'y pas d'événement majeur que se partagent les deux pays.

Point de vue canadien :

Le Canada est très respecté, rien que du fait que ce soit une version bienveillante des États-Unis. Mais, compte tenu du fait qu'il y a peu de Canadiens qui travaillent et vivent en Arabie Saoudite, vous serez très certainement pris pour un Américain, que ce soit par les Saoudiens ou par les autres étrangers.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Stéréotypes

Question :

Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces?

Point de vue local :

Le Canada est tenu en très haute estime par les Saoudiens. Bien que la majorité des Saoudiens perçoivent le Canada comme étant hautement développé et industrialisé, il existe une certaine ignorance due aux manques de connaissances de la part des Saoudiens. Le lien culturel le plus important est constitué des étudiants saoudiens qui étudient au Canada du premier au troisième cycle universitaire.

Un stéréotype qui pourrait affecter les relations est celui de la généralisation que font certains Saoudiens à propos de l'Occident en général. Le Canada faisant partie des pays occidentaux, ces Saoudiens pensent que la société y est laxiste et que les codes moraux ne sont pas respectés.

Point de vue canadien :

Les stéréotypes concernant les Arabes sont nombreux et ils portent pour la plupart sur l'extrémisme religieux, l'inégalité des sexes et l'implication saoudienne dans le terrorisme. Les stéréotypes se bâtissent sur des fragments de vérité, ainsi ce que vous observerez pourrait sans aucun doute confirmer, de multiples façons, certains stéréotypes. Les inégalités entre les sexes sont très prononcées en Arabie Saoudite, mais les femmes ne sont pas soumises et pomponnées, ni nécessairement abusées ou malheureuses. De nombreuses Saoudiennes ont reçu une excellente éducation cosmopolite; elles sont dominatrices au foyer. C'est là aussi une généralisation, mais ce n'est qu'un exemple.

Vous allez également ressentir la pression de l'extrémisme islamique lorsqu'il s'agira de votre tenue vestimentaire et de votre comportement en public et en privé. N'oubliez pas que les relations entre le gouvernement et les éléments religieux sont précaires, et pour ne pas les exacerber le gouvernement donne carte blanche aux leaders religieux sur les questions de morale publique et de vie sociale. Les tensions religieuses dont vous pouvez faire l'objet ne reflètent pas nécessairement les sentiments publics. Quant au terrorisme, il constitue une menace plus dangereuse pour le Royaume que pour les gouvernements occidentaux. La prévention du terrorisme au sein du Royaume constitue maintenant la priorité.  Documentez vous sur l'islam et sur l'histoire arabe et lisez les comptes rendus de gens qui ont vécu en Arabie Saoudite, cela pourra vous empêcher d'intérioriser les stéréotypes.

Soumettre vos commentaires

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Interprète local :

Votre interprète culturelle est née à Taif, en Arabie Saoudite. Elle est la cinquième enfant parmi dix. Elle a grandi dans une ville montagneuse de l'ouest du pays jusqu’à l’âge de dix neuf ans,dans la province de Hijaz. Ensuite, elle a déménagé à Jeddah afin de continuer ses études, et elle a compléter son baccalauréat en Littérature anglaise à l’université du King Abdul-Aziz. Par la suite, elle a déménagé à Dharhran, une province située à l’est, pour y travailler pour une période de 11 ans à titre de professeur bilingue. Elle a immigré au Canada en 1999 pour y habiter avec son mari. Elle est célibataire, vivant à Ottawa, elle travaille en tant que poète, rédactrice et traductrice. Elle est auteure de 5 romans de poésie, et l’un d’entre eux a été écrit en anglais.

Interprète Canadien :

Aînée de deux enfants, votre interprète culturelle est née à Toronto, Ontario. Elle a été élevée à Djedda, Arabie Saoudite mais a également vécu à Vancouver et Victoria. Elle a fréquenté l'école secondaire de Cyrus. Elle fait des études sur la paix et les conflits ainsi que sur le Moyen-Orient à l'Université de Toronto. Elle s'est rendue en Arabie Saoudite pour la première fois à l'âge de deux ans et l'a quittée à l'âge de 19 ans. Elle a également vécu et travaillé de courtes périodes en Égypte et en Israël. Elle vit depuis huit ans au Canada.

Soumettre vos commentaires

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.